Retour à la terre, pour une révolution contemporaine

Par: letourdespaysans (Julia Bessin, Matthias Fattet; le 10 Mai 2011)

(…) Nous avons rencontré Cem Birder dans le village de Besik. Pour s’y rendre il faut emprunter la route montagneuse au Sud de Bayramich. Après avoir vécu plus de 40 ans dans la 5ieme ville la plus peuplée au monde, Istanbul, Cem est venu s’installer il y a 2 ans dans ce village d’une centaine d’habitants seulement. Cem vient nous trouver dans le café du village,  dans lequel nous nous étions installés au chaud en attendant qu’il rentre de son travail au verger. Il sert la main et salue plusieurs des hommes qui se trouvaient en-dehors, en entrant dans le café il en salue d’autres avant de s’asseoir à notre table.

Cem a très bien su s’integrer dans le village: “Quand je reste plus d’une dizaine de jours en ville, les hommes du village m’appellent et me demandent ce qui m’est arrivé et pourquoi je ne reviens pas au village. Je crois que je leur manque, nous discutons de choses différentes. […] Je pense que devenir agriculteur ne se réduit pas simplement à comprendre certaines techniques de travail du sol, mais également à savoir travailler avec les autres agriculteurs du village, ce qui n’est pas facile pour une personne qui vient de la ville. Je suis quelqu’un qui a acquis des connaissances en étudiant, mais celles-ci ne sont pas suffisantes pour comprendre l’équilibre et le langage de la nature. J’ai beaucoup de choses à apprendre d’eux”. Sans expériences agricoles, Cem conduit ces quelques hectares de vergers de pommiers et cerisiers en agriculture biologique.

Il était le seul producteur au village à faire de l’agriculture biologique et aujourd’hui quatre autres producteurs du village l’ont suivi dans sa démarche et partagent les frais de la certification (en Turquie la certification en AB peut être partagé par plusieurs producteurs, ce qui permet de la rendre plus accessible et d’établir des liens de confiance entre producteurs). Le principal problème pour les producteurs est la vente de leur produit: “A chaque fois, un intermédiaire appelle quelques jours en avance pour passer commande de plusieurs tonnes de fruits…en fixant le prix. Tous les producteurs se préparent alors pour le jour de son arrivée. L’intermediaire vient le jour prévu et charge tous les produits dans ses camions. Les producteurs perdent beaucoup d’argent avec ce système, peut être la moitie de ce qu’ils pourraient gagner si le prix n’etait pas fixe par l’intermediaire. Mais les producteurs n’ont pas de contacts directes avec les acheteurs, ils apprécient alors que quelqu’un se déplace et vienne chercher les produits au village”. Les quatres producteurs du village convertis a l’agriculture biologique profitent du savoir faire et du réseau de Cem en ce qui concerne la vente de leurs produits (marchés biologique sur Istanbul et vente directe par internet [*Voir notre prochain article]), sans quoi il serait impossible pour eux de les vendre à juste prix.

About cem

Çiftçi ve köylü adayı.
Bu yazı Umutlarımız içinde yayınlandı. Kalıcı bağlantıyı yer imlerinize ekleyin.

Bir Cevap Yazın

Aşağıya bilgilerinizi girin veya oturum açmak için bir simgeye tıklayın:

WordPress.com Logosu

WordPress.com hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Twitter resmi

Twitter hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Facebook fotoğrafı

Facebook hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Google+ fotoğrafı

Google+ hesabınızı kullanarak yorum yapıyorsunuz. Log Out / Değiştir )

Connecting to %s